Retour


Trouillon Torniol
, Grand Matraqueux à l’époque où commence cette histoire, potentait la Militre des Traqueurs de l’Etrange, dont les membres étaient affectueusement appelés Cognepotes, depuis la nuit des temps.

Les Cognepotes traquaient l’Etrange en formations légères appelées Maxiraides.

Un rien leur suffisait pour s’envoyer en Traque, rien ne pouvait leur faire lâcher prise, rien ne devait les impressionner, ils ne reculaient devant rien.
Ils géraient donc le Rien sans s’en apercevoir, leur cause étant inexistante.

Les Traqueurs de l’Etrange, corps d’élite s’il en fut (et il en fut), se dévouaient de toutes façons si absolument, qu’entre Tictacs et Cognepotes il n’existait nul interstice par où aurait pu s’infiltrer l’éprouvantable cauchemar d’une insécurité non sue.
Et tous veillaient à ce que rien ne se passât d’intriturable.

Mais l’Etrange n’est pas une affaire si simple.
Lorsqu’ils étaient en traque, les Cognepotes étaient très exposés, allant parfois jusqu’à perdre leur Temps, ce qui bien sûr était un comble.

Aussi, pour éviter tout incident pendant ces missions délicates, étaient-ils très soigneusement vissés par un Psicrève de la section des Inaperçus, garde rapprochée et secrète de Germaine II, assignée à Foskifo, quartier interdit, tellement interdit que nul n’aurait su vous dire où il était.

Mais, pour plus de sécurité encore, chaque Cognepote était orné au fondement d’un appendice Etrange appelé Protuflar, lequel, étant voué à la reconnaissance du soi, leur était d’une aide très précieuse.
Précieuse mais inquiétante aussi car -de toute évidence- le Protuflar pouvait se retourner contre le postérieur de celui qui le portait.
Principe de précaution, disait-on.

Ce qui faisait qu’ainsi
                                 la Vis
                                            demeurait impeccable.

Malheureusement, la devise de ce corps d’élite :
    « On traque l’Etrange, on l’a dans l’cul ! »
avait fini par devenir une formule vide de sens et plus personne, à l’époque où commence cette histoire, n’aurait pu vous dire ce que ces mots -et particulièrement le dernier- signifiaient.

Mal leur en prit.
Il est toujours dangereux d’oublier les origines de sa sécurité.

vers Psitrouille, premier épisode...