Retour

Au commencement de cette histoire, le Grand Planqué qui triturait Psitrouille s’appelait Germaine II, Psipape.
Il alimentait la puissance du vide.

C’était un beau temps pour la Trouille et Germaine II en militrait une fort belle, soutenu activement en cela par Kronoforme VI, Grand Patraqueux, lequel fabulait l’immobile sans laisser une seconde au hasard.

Il y fallait une minutie extrême car, à Psitrouille, on n’avait pas le temps, c’était le Temps qui vous avait.

Le délicat problème de la propriété étant ainsi réglé, perdre ou gagner du temps était la seule mesure de la richesse et chacun s’activait en ce sens.
La Patraque du Grand Patraqueux affichait un étalon indiscutable, supprimant ainsi toute controverse et assurant aux  citoyens comblés de cette fâcheuse planète le respect de leurs droits et la sécurité du bien commun.

Des Psitrimes baseux aux Soupapes, supratrouillards de chaque Trime, la foule à patraquer étant considérable, Kronoforme VI n’était évidemment pas le seul à y faire face.
Il était joyeusement secondé en cela par les Supratictacs de la Grande Visserie des Tictacs numérités.
Lesquels Tictacs patraquaient tout le monde.


Grand Patraqueux, Supratictacs, Tictacs assuraient l’horrarchie de la Grande Visserie avec tant d’harmonie que c’était émouvant.
Tout allait donc fort bien pour l’ordre abstrait des choses.

Quant à l’ordre concret, il était sérieusement militré par la matraque du Grand Matraqueux.

« De la Patraque à la Matraque, ainsi va la Vis et Vive Germaine II! » s’écriaient chaque trimard les Psitrouilles, consacrant avec foi la solide trinité qui les triturait.

Chaque société ayant les mamelles qu’elle mérite, Patraque et Matraque étaient mamelles incontestables et respectées, puisque non contestées et respectables.
C’est tout dire.

vers suite du préambule